R’ comme Spectacles

Vendredi & Dimanche à 17h: Spectacle « LE TEMPS DES MACHINES » (durée 40 min) Cie LUCIE HOLLE

La Joyeuse Lucie Holle présente

LE TEMPS DES MACHINES

Trois conteuses aux caractères bien trempés traversent les chemins de villes en villages pour délivrer l’histoire méconnue de l’apparition des machines dans notre monde. Un jeune femme, Camille, conserve chez elle un grille-pain, unique rescapé d’un immense incendie qui a englouti toute sa vie passée.Chaque matins, les parfums que dégagent la petite boite de métal lui rappelle ses bons souvenirs. Or un jour le grille-pain se grille lui même. Camille part alors à la recherche d’une solution dans un monde où les grille-pains ne se réparent pas… Cette aventure, c’est trois conteuses aux caractères bien trempés qui nous la livrent. Et à travers cette histoire le monde absurde des machines se découvre..

La Joyeuse Lucie Holle crée en 2010, cherche à réunir autour du tronc théâtral, les différentes branches qui peuvent s’y greffer. Particulièrement attachée aux disciplines du mouvement, les créations s’abreuvent de la danse, du travail de marionnette, et s’intéresse à remplacer le texte par l’image pour faire du théâtre un langage universel.

 La compagnie a pour but de faire du mouvement la base même de sa structure en évoluant vers l’itinérance, amenant le théâtre à travers les campagnes. Ainsi elle cherche à mélanger l’art de rue et le théâtre itinérant.

Parce-qu’on aime les métaphores: Les lucioles sont des insectes en voie de disparition (surtout en milieu urbain). Elles sont le signe d’un bon équilibre dans la nature, elles créent de la lumière et limitent la pullulation des escargots et des limaces…

Vendredi  & Dimanche à 18h: Spectacle musical politique et philosophique, « LE DEHORS DE TOUTE CHOSE » (durée 45 min)

LE DEHORS DE TOUTE CHOSE

Solo tout terrain adapté de « La zone du dehors » d’Alain Damasio (éditions La Volte), « Le Dehors de Toute Chose » est une ode à la liberté, une exhortation à se découvrir comme « autre que soi ». Conscient de la prétention de sa démarche distillée du bas de ses trente ans – par amour ? – un homme s’adresse à la foule comme à lui-même. Son espoir ? Que l’Homme ait « le courage de vouloir inventer ce que vivre peut être ».

texte : Alain Damasio (« La zone du dehors », éditions La Volte)
adaptation & interprétation : Benjamin Mayet
mise-en-scène : Nicolas Guépin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut